/Actualité
Actualité

Actualité

Découvrir les dernières nouvelles du monde de la gestion de projet et de l’IT.

Date: 16/10/2019

Le Scrum Master aide les équipes projets à utiliser correctement Scrum, augmentant de fait leur chance de succès dans la réalisation du projet. Le Scrum Master ayant une bonne compréhension des valeurs, pratiques et applications de Scrum, apporte aux équipes projets, un niveau de connaissance et d’expertise allant bien au-delà de celles des chefs de projet classiques.

 

Définition « Scrum Master »

Le Scrum Master est un professionnel qui s’assure que les processus Scrum soient correctement appliqués (c’est-à-dire que Scrum soit compris et adopté) et veille à ce que l’équipe Scrum adhère à la théorie, aux pratiques et aux règles de Scrum.

Le Scrum Master interagit avec les membres de l’équipe Scrum (le Product Owner et l’équipe de développement) et l’ensemble de l’organisation afin de maximiser la valeur créée par l’équipe Scrum.

Le Scrum Master est un professionnel incontournable dans le secteur du développement de logiciel agile. Le Scrum Master est responsable de la santé de l’équipe Scrum et doit superviser les processus et les cérémonies Scrum.

Il / elle est (de préférence interne à l’organisation) chargé(e) de veiller à ce que l’équipe vive les valeurs agiles.

Aujourd’hui, tout le monde se réfère au Scrum Master en tant que servant-leader de l’équipe Scrum.

 

Le rôle du Scrum Master

Le Scrum Master a un rôle de facilitateur à la fois pour le Product Owner et pour l’équipe. En tant que membre de l’équipe, il assure un rôle de leader et non de manager (il n’a aucune autorité au sein de l’équipe). Il facilite le développement de logiciels fonctionnels et aide l’équipe de développement à fournir l’incrément du produit. Le Scrum Master agit en tant que coach auprès du reste de l’équipe.

 

Les responsabilités du Scrum Master

Les responsabilités communes du Scrum Master sont :

  • S’assurer que les processus Scrum soient correctement appliqués
  • Organiser et animer les Sprint Planning, le Daily Scrum ou encore le Sprint Retrospective
  • Identifier et éliminer les obstacles
  • Établir un environnement où l’équipe peut être efficace
  • Veiller à la dynamique de l’équipe (faire preuve de diplomatie et résoudre les conflits)
  • Assurer de bonnes relations entre l’équipe et le Product Owner, ainsi qu’avec des personnes extérieures à l’équipe
  • Protéger l’équipe des interruptions et des distractions extérieures
  • Coacher l’équipe dans les pratiques agiles; mettre l’accent sur les individus et les interactions plutôt que sur les processus et les outils
  • Maîtriser l’adhésion au framework Scrum
  • Aider les Product Owners sur les aspects suivants:
    • Trouver des méthodes pour gérer efficacement le backlog du produit
    • Faciliter la communication de la liste de souhaits du Product Owner à l’équipe
    • S’assurer que le responsable de produit sait comment organiser le backlog de produit pour maximiser la valeur
    • Organiser des événements Scrum à la demande ou au besoin
  • Aider l’équipe de développement sur les aspects suivants:
    • Coacher des membres de l’équipe en auto-organisation
    • Éviter les obstacles au progrès de l’équipe de développement
    • Aider l’équipe de développement à créer des produits de grande valeur
  • Aider l’organisation sur les aspects suivants:
    • Mener et coacher l’équipe sur l’adoption Scrum
    • Planification des implémentations Scrum au sein de l’organisation
    • Aider les collègues à comprendre et à adopter Scrum
    • Mettre en œuvre des changements et des étapes pour augmenter la productivité de l’équipe
    • Travailler avec d’autres Scrum Masters pour améliorer l’efficacité des méthodologies dans l’organisation

 

Les compétences du Scrum Master

Les compétences de base d’un Scrum Master selon scrum.org sont identifiables dans cinq domaines d’intervention principaux:

  • Comprendre et appliquer le framework Scrum
  • Développer des personnes et des équipes
  • Gérer des produits avec agilité
  • Développer et livrer des produits de manière professionnelle
  • Faire évoluer l’organisation agile
Lire plus
Date: 09/10/2019

Dans un monde numérique en constante évolution, toutes les organisations doivent faire face à un grand nombre de changements. Mais sont-elles bien préparées? Est-il possible d’apprendre à mieux gérer le changement dans un monde agile?

Nous sommes ravis de partager notre interview avec Melanie Franklin, coprésidente du Change Management Institute UK, directrice d’Agile Change Management LTD et auteure respectée de manuels et d’articles sur le changement, la gestion de projet et de programme. Melanie a consacré les 20 dernières années à renforcer la capacité de changement des organisations. Elle est une leader d’opinion hautement respectée dans la conduite du changement, avec une expérience impressionnante dans la réalisation de programmes de changement d’entreprise dans des organisations des secteurs public et privé.

En 2014, elle a écrit le livre «Agile Change Management» (Conduite du changement agile), décrivant une approche pour la gestion d’initiatives de changement transformationnel utilisant de nombreuses idées issues des méthodologies agiles.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre carrière?
Comment êtes-vous arrivé à effectuer une carrière en conduite du changement ?

J’ai débuté ma carrière en tant que Business Analyst dans le secteur bancaire. Mon travail consistait à examiner les processus et chercher à les améliorer. J’appréciais énormément mon travail et j’ai été promue chef de projet. Au fil du temps j’ai dirigé des projets de plus en plus importants jusqu’à devenir responsable de programme. J’ai alors dirigé des programmes de changement transformationnels à grande échelle, impliquant plus de 52 pays, ce qui m’a permis de faire beaucoup de changements au niveau mondial, mais c’était bien avant que nous appelions cela la conduite du changement.

Lorsque nous avons rédigé le manuel “managing successful program” (Melanie a participé à la rédaction de “Think MSP” – le guide pratique de la gestion des programmes), nous avons expliqué à quel point il était important de mettre en œuvre les changements que nous avions créés, mais pas comment gérer le changement. Nous indiquions que le management du changement était important sans dire comment l’appliquer.

Lorsqu’ APMG a sorti la certification Change Management en 2008, j’ai vraiment adhéré au guide et j’ai commencé à l’utiliser avec mes clients consultants. J’ai voulu participer à sa révision, j’ai donc apporté des idées pour la version actuelle. Entre temps je me suis beaucoup investie et j’ai écrit sur les thématiques “Agile” et “Conduite du changement” puisque c’est ce que je fais avec mes clients au quotidien. En effet, de nos jours les organisations souhaitent travailler de manière agile et lancer des initiatives de changement à très grande échelle. Pour ce type de transition, l’utilisation de méthodes traditionnelles telles que PRINCE2® ne fonctionne pas, car elles impliquent trop de contrôle et de tout savoir dès le début (ce que vous ne pouvez pas savoir et ne savez jamais avec la conduite du changement). Il m’a donc semblé évident et judicieux de réunir “Agile” et la “conduite du changement”. Je suis ravie d’avoir rédigé le manuel Agile Change Management il y a cinq ans et je me réjouis du lancement de la certification puisque c’est exactement ce que les organisations recherchent.

On me demande sans cesse: «Comment pouvons-nous gérer le changement au sein de notre organisation ? Notre service informatique fonctionne de manière agile et nous devons livrer le changement petit à petit. Nous devons faire des itérations, nous devons créer des versions.» Agile Change Management répond totalement aux problématiques des entreprises grâce à son élaboration d’un point de vue très pratique. J’ai eu une très belle carrière en tant que directrice de programme puis je me suis orientée vers la formation et le conseil en gestion de programme et en conduite du changement, ce que j’ai adoré. A présent, ma carrière est plus axée sur le développement des Bonnes Pratiques et leur amélioration continue.

 

Vous avez donc commencé votre carrière dans la conduite du changement et ensuite l’agilité est venue plus tard?

Oui, je pense que l’agilité est apparue environ 2 ans après avoir commencé à parler de changement, car bien sûr, au fur et à mesure que vous prenez de plus en plus d’initiatives de changement, vous réalisez que le changement sera toujours «essayez un petit changement, observer la réaction, essayer un plus gros changement,…” C’est donc naturellement une approche agile et je pense que c’est là que j’ai commencé à être très intéressée par les méthodes agiles. J’ai suivi toutes les formations imaginables et obtenu toutes les certifications agiles. C’est ma façon d’apprendre ! J’apprends d’abord une Bonne Pratique, puis je travaille à sa mise en œuvre. Ces dernières années, mon enthousiasme m’a également amenée à présider le Change Management Institute au Royaume-Uni. Je suis donc très intéressée par la reconnaissance du métier de responsable du changement afin de nous assurer que ce que nous faisons en tant que manager du changement est reconnu et apprécié.


Comment avez-vous eu l’idée de la gestion du changement agile?

Comme je l’ai déjà mentionné, mes clients souhaitaient travailler de manière agile et gérer des initiatives de changement à très grande échelle. L’utilisation de méthodes traditionnelles n’a pas fonctionné, car dans un environnement agile, vous ne savez pas tout dès le départ. Il m’a semblé évident que la combinaison Agile et conduite du changement serait une bonne idée. Je voulais créer quelque chose qui ne présuppose pas qu’une personne en formation sera l’expert qui mènera le changement, car je pense que le “Change Managers Handbook” et la formation Change management sont déjà très efficaces. Je ne voulais pas non plus présumer que la personne à former était la personne impliquée dans le projet proprement-dit qui crée le changement tangible (la formation AgilePM le fait déjà). Ce que je voulais, c’était que tout professionnel puisse comprendre comment il pouvait provoquer le changement (au niveau de la finance, du service marketing, de l’unité d’exploitation, du centre d’appels) peu importe le secteur, sans forcément être expert en agilité ou en changement mais en étant bon dans la gestion de sa part d’activité. Ces professionnels ont besoin qu’on leur donne une structure et une approche pour gérer le changement. C’est ce que propose cette nouvelle formation.

 

Quel est le plus gros problème que vous voyez actuellement dans les communautés de gestion agile et du changement ?

Selon moi, le plus gros problème d’une approche agile est l’augmentation du nombre de changements en cours dans une organisation agile. Le changement se produit à chaque incrément, parfois même à chaque sprint, et vous êtes prêts à livrer une nouveauté. Malheureusement notre cerveau n’est pas en mesure d’oublier les anciennes méthodes de travail et d’apprendre de nouvelles méthodes de travail aussi rapidement que nous produisons des changements réels et tangibles. La mise en œuvre et l’adoption sont plus lentes que la création, par conséquent les professionnels sont souvent soumis à une pression énorme car ils ont du mal à gérer un changement lorsqu’un autre arrive, et encore un autre… Pour mieux gérer le changement et son volume important, nous devons constamment nous améliorer dans la conduite du changement et continuer de former les individus, leur faire prendre conscience que la conduite du changement est une compétence qui s’apprend. Sans quoi, une organisation risque d’atteindre le point de rupture.

Je pense que les professionnels de la gestion du changement doivent encore faire valoir que la conduite du changement est le secret de la réalisation des bénéfices. Si votre projet crée quelque chose, il ne générera pas pour autant des bénéfices s’il ne s’agit que d’accomplir des tâches. Votre projet devient une nouvelle façon de travailler à partir du moment où vous pouvez observer une réduction des coûts, une augmentation des recettes, de la satisfaction client et de l’engagement des effectifs. Pour gérer le changement de manière structurée, nous devons utiliser des techniques, encourager les individus à participer et les soutenir dans leur nouvelles façons de travailler. Sans ce message, nous n’obtiendrons aucun bénéfice. Malheureusement ce processus n’est pas encore automatique dans les entreprises à ce jour.

 

Melanie Franklin

Melanie Franklin a toujours fait preuve d’excellence dans la planification et la réalisation de projets, de programmes et de portefeuilles. Au cours des dernières années, elle s’est concentrée sur les organisations qui passent des méthodes traditionnelles aux approches agiles afin de s’adapter au rythme du changement et à la nécessité de réduire la durée des projets. Melanie est une formatrice accréditée AgilePM, Change Management, Scaled Agile Framework et est certifiée Scrum Master ainsi que LeanKanban Practitioner.

Suivez Melanie sur Linkedin

Lire plus
Date: 02/10/2019

L’architecture d’entreprise (EA) est l’analyse de la structure globale d’une organisation, qui décrit ses composants, à savoir:

  • processus opérationnels,
  • systèmes et flux d’information,
  • méthodologies et technologies utilisées,
  • principes et directives,
  • autres informations clés (ex. objectifs et localisation).

“L’architecture d’entreprise nous permet de déterminer les éléments qui composent l’entreprise et leur relation les uns aux autres.” The Open Group.

L’architecture de l’entreprise fournit une photo statique de l’organisation pour mieux la comprendre, mais aussi une vision dynamique, une « carte » indiquant les statuts de départ et d’arrivée et servant à mettre en pratique les stratégies et les objectifs dans un laps de temps donné. Cette carte, composée d’exigences, de principes directeurs et de modèles, permet de définir comment les différentes composantes de l’entreprise doivent évoluer pour parvenir à l’état souhaité et représenter l’entreprise dans sa globalité.

L’architecture d’entreprise peut être définie comme une approche globale prenant en compte toutes les facettes de l’entreprise, et donc à la fois les aspects commerciaux et technologiques. Dans le cadre de l’évaluation environnementale, quatre types d’architecture différents peuvent être identifiés:

  • Architecture métier : en partant des atouts de l’entreprise, l’architecture métier tente de tracer de nouveaux processus et structures plus en phase avec les objectifs et avec la recherche de l’innovation.
  • Architecture des systèmes d’information : vise à améliorer la quantité et la qualité des informations disponibles pour l’organisation.
  • Architecture des applications : décrit les applications utilisées dans l’entreprise, leurs relations et leurs interactions avec les processus métier et les utilisateurs.
  • Architecture technique : décrit l’infrastructure et inclut tous les services d’infrastructure, les composants technologiques (par exemple, les serveurs, les réseaux, les intergiciels et les outils d’assistance aux utilisateurs).

 

Histoire et avantages de l’architecture d’entreprise.
Pourquoi l’EA est de plus en plus importante dans les entreprise ?

Le concept d’architecture d’entreprise est assez « jeune »: il est né dans la seconde moitié des années 80 avec la publication de l’article « Framework for Information Systems Architecture » de John A. Zachman dans IBM Systems Journal. Plus tard, Zachman a déclaré qu’il souhaitait changer le nom en « Framework for Enterprise Architecture », car le cadre n’a en réalité rien à voir avec les systèmes d’information. *

Cet article a le mérite d’introduire les concepts fondamentaux de l’architecture d’entreprise et prend en compte deux problèmes, la complexité des systèmes d’entreprise et la difficulté à s’aligner avec la stratégie d’entreprise, qui sont devenus de plus en plus importants au fil des années – et qui ne peuvent plus être ignorés aujourd’hui. En effet, les systèmes informatiques deviennent de plus en plus complexes et il est de plus en plus difficile de les adapter aux besoins de l’entreprise.

Grâce à la connaissance de l’architecture d’une organisation, il est possible de réduire l’écart entre la stratégie et la mise en œuvre, de contrôler les risques opérationnels et de garantir la qualité des processus et des données.

L’architecture permet de:

  • créer une vision commune de l’entreprise
  • aligner l’informatique et la stratégie d’entreprise
  • contrôler les coûts
  • préparer l’entreprise aux changements
  • promouvoir l’agilité
  • éviter la duplication des technologies
  • débloquer le flux d’informations
  • assurer le respect des réglementations
  • intégrer les processus d’entreprise

 

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises ne comprennent toujours pas pleinement l’importance d’une architecture pour leur entreprise. Trop d’entreprises se concentrent sur la construction et l’utilisation du système, sans concevoir l’organisation dans son ensemble et sans avoir une vision globale. L’architecture d’entreprise fonctionne au niveau stratégique et les organisations modernes ont la possibilité de l’utiliser pour accompagner leur transformation. « L’enterprise architecture » peut constituer un élément stratégique pour gérer la complexité des architectures d’entreprise et leur transformation continue.

 

*The Open Group, A historical look at enterprise architecture with John Zachman
(https://blog.opengroup.org/2015/01/23/a-historical-look-at-enterprise-architecture-with-john-zachman/)

 

Sources:

  • https://www.cwi.it/applicazioni-enterprise/architettura-enterprise
  • https://www.docflow.com/it/news/2017/01/23/lenterprise-architecture-nellera-della-digitalizzazione/8/
  • https://www.dii.unisalento.it/c/document_library/get_file?folderId=22317741&name=DLFE-74035.pdf
Lire plus
Date: 27/09/2019

PM² (P-M squared) signifie «méthodologie de gestion de projet». La méthodologie a été développée et publiée pour la première fois en 2007 pour être utilisée exclusivement dans des projets informatiques au sein du département informatique (DIGIT) de la Commission européenne.

Avant PM², plusieurs cadres de référence étaient déjà utilisés au sein de la Commission (par exemple pour organiser des activités de développement de logiciels). Cependant, aucun ne prenait en compte toutes les interactions avec les parties prenantes, ni ne permettait le suivi des budgets, des résultats ou de la qualité et il n’incluait pas de stratégie pour la gestion des risques et incidences. A l’inverse, il existait des méthodes génériques de gestion de projet provenant de l’extérieur, telles que PRINCE2 ou PMBOK, qui devaient cependant être adaptées pour pouvoir fonctionner correctement dans un environnement de projet qui n’était pas encore suffisamment mature. L’équipe de méthodologie de DIGIT a alors décidé de rechercher les meilleures pratiques à associer de manière cohérente afin de créer un ensemble de directives souples, simples et solides que les chefs de projet pourraient utiliser pour gérer le développement de logiciels de manière contrôlée.

 

La naissance de PM²

Pour tester la solution, des projets pilotes ont été sélectionnés et le succès a été immédiat: légère, la nouvelle méthode a nécessité des temps d’apprentissage suffisamment rapides et a été immédiatement adaptée aux difficultés du secteur public: hiérarchies fortes, faible maturité, gestion de projet , manque de responsabilité. PM² est né.

Au lieu de proposer immédiatement PM² comme « méthode » à utiliser pour tous les projets, l’équipe a continué à sélectionner des projets pilotes et des projets volontaires pour tester et affiner le nouvel outil. Le succès des projets gérés à l’aide de PM² a commencé à résonner même en dehors de l’équipe de DIGIT et des demandes ont également été formulées pour utiliser la méthodologie pour des projets non informatiques. Ce « PM² personalisé » aurait complètement remplacé la méthodologie et accéléré son adoption au sein des nombreux départements de la Commission européenne.

 

Les premières formations PM² et le guide officiel

À la fin de 2010, il était évident qu’il était important de disposer de méthodes de travail communes et de s’appuyer sur les bonnes pratiques. La décision fut alors prise de créer non seulement des formations PM², mais également un schéma de certification visant à « valoriser les ressources qui s’efforcent d’utiliser la méthodologie » et à reconnaître leur volonté d’améliorer la maturité de la Commission européenne en matière de gestion de projet. Les premières formations ont été données en 2012 et ont immédiatement rencontrées un grand succès, avec une formation presque tous les jours et des sessions complètes trois ou quatre mois à l’avance.

Six ans plus tard, plus de 10 000 professionnels ont été formés et plus de 1 000 ont été certifiés.

En 2012, un guide officiel a été créé, la version « v2.0 », très générique, utilisable pour tout type de projet et dans n’importe quel contexte. Un an plus tard, le succès de PM² a commencé à s’étendre à d’autres institutions européennes, grâce à des projets impliquant plusieurs institutions et à la mobilité du personnel. Le guide PM² a été publié en 2014 dans sa version v2.5, ce qui constitue un tournant important dans la direction « plus d’Europe, moins de Commission ». C’était la base pour l’adoption de PM² par le Conseil de l’Union européenne et le Parlement. Dans le même temps, les agences exécutives au sein des États membres ont commencé à manifester leur intérêt et un véritable réseau paneuropéen a été créé pour réunir tous les professionnels de la gestion de projets au sein des institutions européennes.

 

De 2016 à aujourd’hui: défis et succès de PM²

Parallèlement à la croissance de l’utilisation de PM², les attentes augmentaient également – le défi pour la « petite équipe Méthode » au sein de DIGIT devenait de plus en plus grand: création de contenu en ligne, traduction dans toutes les langues, adaptation à différents types de projet, intégration avec des méthodologies de portefeuille ou de gestion de programme… La plupart des projets internes ont été gérés avec PM², les institutions se sont alors retrouvées en difficulté avec des partenaires externes qui ne connaissaient pas la méthode. En conséquence, les formations ont été réorganisées pour les chefs de projet externes, ce qui a provoqué une augmentation des coûts du projet. Toutes ces dynamiques combinaient le besoin de l’équipe Méthode de rendre public ce qu’elle avait réalisé avec autant de succès. C’est pourquoi, en 2016, il a été décidé de faire de PM², une méthode publique, grâce à un modèle Open Source permettant d’utiliser, adapter, compléter et modifier la méthodologie sans frais. L’aventure OpenPM² a débuté en novembre 2016: pendant trois mois consécutifs, le guide OpenPM² a été le deuxième livre le plus téléchargé de la bibliothèque de l’Union européenne, juste derrière… la carte de l’Union européenne!

Laurent Kummer

Laurent a plus de 20 ans d’expérience dans la gestion de projets et de programmes, en tant qu’ingénieur pour General Electric, puis pour le secteur public. Il travaille actuellement au développement et à la promotion de PM², la méthodologie de gestion de projet qui était auparavant défendue par les institutions européennes et contribue au développement de la norme de gestion de projet ISO 21500. Expert Lean Six Sigma, il est certifié PMP et, bien sûr, PM².

Lire plus
Date: 24/09/2019

L’année 2019 est marquée par la mise à jour d’ITIL, l’approche la plus reconnue et la plus utilisée en matière de gestion des services informatiques dans le monde, avec plus d’un million de professionnels certifiés.
La nouvelle version, ITIL 4, a pour but d’aider les professionnels et les organisations à évoluer dans la 4ème révolution industrielle, caractérisée par les technologies émergentes telles que la robotique, l’intelligence artificielle, la nanotechnologie, l’informatique quantique, la biotechnologie, l’Internet des objets (IoT), l’impression 3D, les véhicules autonomes et bien plus encore…

ITIL 4 fournit une base pratique et flexible pour aider les organisations à relever les défis de la transformation numérique en leur permettant d’aligner leurs ressources humaines, numériques et physiques pour être compétitives dans un environnement moderne et complexe. La nouvelle version reflète d’autres cadres de références et intègre de nouvelles méthodes de travail, notamment Agile, DevOps, Lean, la gouvernance informatique et leadership.

Le contexte d’ITIL est maintenant beaucoup plus vaste, avec la sortie d’ITIL 4 et met l’accent sur la stratégie d’entreprise et de la technologie. Il intègre désormais de nouveaux cadres et méthodes tels qu’Agile, DevOps, Lean, la gouvernance informatique, le leadership et la transformation numérique.

 

Le modèle de certification ITIL 4

Le nouveau modèle de certification ITIL 4 est composé de deux parcours, ITIL Managing Professional (ITIL MP) et ITIL Strategic Leader (ITIL SL). Il est relié à la version précédente d’ITIL, ITIL v3, par un module de transition appelé ITIL Managing Professional Transition (voir image ci-dessous: ITIL MP Transition est à gauche et de couleur marron).

 

itil4-managing-professional-mp-transition

 

ITIL 4 Managing Professional

Le parcours ITIL 4 Managing Professional (ITIL MP) fournit des connaissances pratiques et techniques sur la façon de gérer avec succès des services, des équipes et des flux de travail reposant sur l’informatique.

Le module “Managing Professional transition” a été conçu pour permettre aux certifiés ITIL v3 Expert ou aux professionnels disposant d’au moins 17 crédits v3 de passer facilement à ITIL 4 et d’obtenir la certification ITIL 4 Managing Professional en une seule formation et un seul examen.

Le module de transition permet aux candidats de faire valoir leur certifications précédentes tout en acquérant les compétences et les connaissances actualisées nécessaires pour évoluer dans l’économie des services numériques.

Le module fournit une introduction et couvre les concepts clés d’ITIL 4 Foundation ainsi que les éléments clés des modules suivants du parcours ITIL Managing Professional :

ITIL 4 Specialist Create, Deliver and Support
ITIL 4 Specialist Drive Stakeholder Value
ITIL 4 Specialist High Velocity IT
ITIL 4 Strategist Direct Plan and Improve

Le module de transition ITIL 4 Managing Professional sera disponible à partir du 3 octobre 2019 et ce, pendant au moins un an.

QRP International propose une formation présentielle de 5 jours ITIL 4 Managing Professional Transition, qui inclut l’examen dans son tarif et permet d’obtenir la certification officielle ITIL 4 Managing Professional.

 

Saisissez sans plus attendre l’opportunité de réussir votre transition ITIL 4 avec QRP International !
Découvrez notre formation ITIL 4 Managing Professional Transition !

Lire plus
Date: 17/09/2019

La certification PRINCE2 Foundation est une certification professionnelle dans le domaine de la gestion de projets. Cette certification vous permet de comprendre la méthode de gestion de projet PRINCE2 2017. Il n’y a pas de pré-requis obligatoire. Une expérience professionnelle en gestion de projet est recommandée.

 

Public visé de la certification PRINCE2 Foundation

  • Chefs de projets et futurs chefs de projets.
  • Employés clés impliqués dans la conception, le développement et la livraison de projets, y compris pour les membres du comité de pilotage de projets (p. ex., les directeurs exécutifs)
  • les chefs d’équipe (les gestionnaires de la livraison des produits)
  • l’assurance projet (les analystes du changement opérationnel)
  • le support projet (le personnel du bureau de projet et de programme)
  • les managers/employés opérationnels.

 

Examen PRINCE2

  • Langue: Français
  • Durée: 60 minutes
    • 25% de temps supplémentaire si vous passez l’examen dans une autre langue que votre langue maternelle
  • Supports autorisés : aucun
    • Examen à livre fermé
  • Questions: 60
    • QCM
  • Taux d’admissibilité : 55% ou plus
  • Niveaux de raisonnement de Bloom : Niveau 1 & 2 (Bloom’s levels 1 & 2)
    • 7 questions de connaissance (niveau 1)
    • 53 questions de compréhension (niveau 2)
  • Format de l’examen : En ligne ou papier
  • Format du certificat : Numérique
    • Le certificat numérique est inclus dans les frais d’examen. Vous pouvez cependant demander un certificat papier à l’institut d’examen après obtention de votre examen.

 

 

prince2 foundation examen cours

 

Exemples de questions à l’examen PRINCE2 Foundation

Les questions sont toutes « à choix multiples » : standard, négative, mot manquant et liste

Exemple de question de type « standard » :

Laquelle des options suivantes est l’un des quatre éléments intégrés dans PRINCE2 ?

  1. a) Q
  2. b) P
  3. c) R
  4. d) S


Exemple de question de type « liste » :

Quels sont les deux énoncés CORRECTS à propos de l’adaptation ?

  1. Elle supporte Q
  2. Elle supporte P
  3. Elle supporte R
  4. Elle supporte S
  5. a) 1 et 2
  6. b) 2 et 3
  7. c) 3 et 4
  8. d) 1 et 4

REMARQUES: Deux des éléments de la liste sont corrects. Les questions de style “liste” ne sont jamais négatives.


Exemple de question de type « mot manquant »

Identifiez le mot manquant dans la phrase suivante.

Une des finalités du thème [ ?] est de contrôler toute déviation inacceptable des objectifs du projet.

  • a) Q
  • b) P
  • c) R
  • d) S


Exemple de question de type « négative » :

Quel rôle NE devrait PAS être partagé avec le rôle de chef de projet?

  1. a) Q
  2. b) P
  3. c) R
  4. d) S

REMARQUE : les questions négatives sont utilisées uniquement à titre exceptionnel, lorsqu’une partie des acquis d’apprentissage consiste à savoir qu’un élément est manquant ou ne devrait pas se produire.

 

Objectifs de la formation PRINCE2 Foundation

Cet examen a été développé pour déterminer si le candidat démontre une connaissance et une compréhension suffisantes de la méthode de gestion de projet PRINCE2.

Vous devez réussir l’examen PRINCE2 Foundation pour accéder à l’examen PRINCE2 Practitioner.

Après cette formation, le participant doit, entre autre, être capable de:

  • Comprendre les concepts clés relatifs aux projets et PRINCE2
  • Comprendre comment les principes de PRINCE2 sous-tendent la méthode PRINCE2
  • Comprendre les thèmes de PRINCE2 et leur application au sein d’un projet
  • Comprendre les processus de PRINCE2 et comment ils s’appliquent tout au long du projet

 

Certification PRINCE2 2017 Foundation

Une fois la certification PRINCE2 Foundation obtenue, elle est valable à vie. Il n’y a pas de date d’expiration.

QRP International est un organisme de formation agréé par Peoplecert pour le compte d’Axelos. Il est autorisé à dispenser la formation PRINCE2 Foundation et peut vous préparer à l’examen de la  certification en gestion de projet PRINCE2 Foundation.

Lire plus

Evénements

Découvrez nos évènements gratuits

Nous avons aidé des milliers de professionnels à monter en compétence. Nous pouvons Vous aider également.

Inscrivez-vous à notre newsletter et choisissez les contenus que vous souhaitez recevoir: Gestion de projets, programmes, portefeuille ou Gouvernance IT ou bien les deux catégories. Vous recevrez 1 fois par mois des articles, études de cas, invitations à nos conférences, webinars et nos offres spéciales. Pas de spam. Juste des conseils utiles et professionnels.

Restez connecté à la communauté
Suivez-nous sur Linkedin e Twitter

Actualité

Lire les dernières news

Evénements

Voir les prochains évènements